Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/clients/b7e2e3c459ddb74daa3346939398de4c/web/habitat-groupe/acteurs-logement/wp-includes/post-template.php on line 284

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/clients/b7e2e3c459ddb74daa3346939398de4c/web/habitat-groupe/acteurs-logement/wp-includes/post-template.php on line 284

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/clients/b7e2e3c459ddb74daa3346939398de4c/web/habitat-groupe/acteurs-logement/wp-includes/post-template.php on line 284

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/clients/b7e2e3c459ddb74daa3346939398de4c/web/habitat-groupe/acteurs-logement/wp-includes/post-template.php on line 284

Woningen 123 Logements

Notre association à pour but de rechercher des solutions alternatives et concrètes à la crise du logement, notamment par la réaffectation de bâtiments vides en logements. Notre méthodologie s’appuie sur un travail social communautaire (dynamique participative, développement de projets collectifs, prise en gestion des projets par les habitants eux-mêmes, …), et tend ainsi vers une autogestion des personnes dans la dimension collective et dans la dimension individuelle.

A travers ce mécanisme, nous souhaitons permettre un lien réciproque entre la dynamique du groupe et le développement personnel de chaque individu au sein de ce groupe et oeuvrer à l’insertion sociale par le « logement » (entendu comme lieu où l’individu peut se poser et construire pour lui-même et pour le groupe un projet de vie en société). Le développement d’activités variées d’ordre social, culturel, socio-économique, à travers diverses dynamiques collectives impliquant les résidents des immeubles pris en gestion, participe également de ce processus.

Dans les habitations que nous développons, nous tenons à organiser volontairement une dimension de « mixité » au niveau du public en présence. En effet, nous sommes convaincus que l’insertion sociale passe aussi par la rencontre et la cohabitation de personnes aux caractéristiques socio-économiques et culturelles variées. C’est dans la rencontre de la diversité que peut émerger concrètement une solidarité interpersonnelle et des valeurs de tolérance et de respect, essentielles à l’émancipation personnelle et l’estime de soi.

Cette diversité permet à chacun de valoriser ses compétences spécifiques, d’être reconnus par les autres dans ses spécificités, non pas principalement par son travail professionnalisé et par l’argent gagné, mais par une multitude d’activités et de gestes déployés dans l’habitat solidaire et valorisés par d’autres voies que monétaires. C’est vrai pour les sans-abri, qui brisent progressivement avec l’isolement dans la cohabitation. Mais c’est aussi vrai, à titre d’exemple, pour les étudiants de classe moyenne qui brisent avec leurs représentations stigmatisantes de la pauvreté en s’impliquant activement et dans la proximité, à la construction d’un habitat solidaire.

Concrètement, dans les divers projets que nous avons mené jusqu’à présent, se mélangent des familles nombreuses (mono et biparentales) avec un ou plusieurs enfants, des jeunes, des aînés, des artistes, des étudiants, des chômeurs, des personnes aidées par le CPAS, des ouvriers, des employés, des assistants sociaux, des étrangers en attente de régularisation administrative, … Près de la moitié du public cible a concrètement été confrontée au sans-abrisme avant d’intégrer les projets d’habitat solidaire.

Historique de l’asbl Woningen 123 Logements

Depuis sa création, notre asbl a pu développer plusieurs projets se chevauchant et se suivant, pour offrir une offre continue de logements à une cinquantaine de personnes. Il faut noter que notre formule associative existait avant 2004, mais sous une autre entité juridique (Fée coopérative – 40 logements en gestion à la rue des drapiers de 2001-2004).

Depuis 2004, notre asbl s’est donc engagée dans la gestion de l’ancien hôtel Tagawa situé avenue Louise (50 habitants – 4 ans) ; de « l’îlot Triomphe », composé de 4 maisons sur le boulevard du Triomphe à Auderghem (15 habitants – 1 an et demi) ; du cloître du Gésu, rue de la Comète en face du botanique (45 habitants – 2 mois) ; et actuellement rue royale, 123 (environ 58 habitants, depuis 2 ans), ainsi qu’un immeuble situé à 1030 Schaerbeek, rue des plantes, 118-120 (12 habitants, depuis mars 2009). En outre, d’autres prises en gestion d’immeubles abandonnés sont actuellement à l’étude à Schaerbeek et Ixelles.

Le 123 rue Royale

Nous sommes arrivés au 123 fin mai 2007 suite à notre expulsion du cloître de Gesu.

Le 123, ce sont 7 étages d’anciens bureaux qui étaient utilisés auparavant par la Communauté Française, et qui appartiennent à la Région Wallonne.

Entrés sans autorisation, nous avons rapidement obtenu l’aval des propriétaires pour occuper le bâtiment légalement. Nous avons depuis conclu un contrat temporaire qui nous permet de rester dans les lieux pour une durée indéterminée, avec un préavis de 6 mois si le bâtiment devait être réaffecté ou rénové.

Une soixantaine de personnes on ne peut plus hétéroclites occupe désormais l’espace.

Le 123 est une preuve de réussite des projets de l’ASBL. Les espaces disponibles nous ont permis d’accueillir à moindre frais autant des personnes sans ou à faible revenus, des activistes, des étudiants, des travailleurs précaires, des familles, etc.

Certains locaux servent aussi à des associations extérieures qui souhaitent se réunir ou assurer des permanences pour leurs visiteurs. Sans oublier le rez-de-chaussée qui, via l’atelier vélo et le Bokal Royal, sert de vitrine d’échange participative entre les habitants et les visiteurs.

Il faut voir dans le 123 un processus durable dans la démarche d’occuper des bâtiments vides pour apporter une réponse concrète et novatrice au manque injustifié de logements, tout en mettant l’accent sur une organisation solidaire. Les échanges qui en résultent, couplés à une solution de logement temporaire mais effective, permettent ainsi un accueil concret à des personnes en difficulté.

A travers des réunions hebdomadaires, on construit, lentement mais sûrement, des modes de fonctionnement qui, quand ils réussissent, sont appelés à faire école en terme d’alternatives aux logements plus traditionnels, trop souvent inabordables.