Sauvenière

Chaque habitant est sensible à la nature en général et à son respect. Pour cette raison, seul un habitat à la campagne a été envisagé. Les besoins à remplir ici sont multiples, mélangés et propres à chaque habitant. On peut sans doute citer des besoins sanitaires ou politiques (alimentation plus saine, air frais, moins de stress, etc.), spirituels ou philosophiques ou encore plus rationnels. Le respect de la nature passe également pour les habitants par une attention portée aux matériaux et méthodes de construction/rénovation, sans dogmatisme cependant.

La charte de l’habitat groupé de Sauvenière

Préambule

Cette charte reprend les valeurs fondamentales partagées par tous les occupants de l’habitat qui s’engagent à les respecter sur le site. Si un différend survient entre les habitants, ces valeurs et principes seront rappelés à eux.

Elle a été rédigée par les membres fondateurs : Martin Bouhon et Donatienne Springuel, François-Hugo Russel et Godelieve Teller, Aline Pochet et Alain Henrotay, Quentin Piret et Isabelle Delaby.

L’acceptation de cette charte est obligatoire pour chaque candidat à l’habitat groupé préalablement à son entrée.

Généralités : les motivations du projet

Le groupe s’est réuni autour de trois motivations communes, énoncées ci-dessous sans les hiérarchiser et destinées à améliorer notre qualité de vie – une vie « plus » en somme. Les habitants reconnaissent par ailleurs qu’au travers de ces motivations se déclinent des valeurs qui sont partagées par tous mais pas nécessairement selon la même intensité chez chacun. Ils respectent ces différences. La troisième partie de cette charte détaillera selon des thématiques plus précises comment se concrétiseront ces valeurs au sein de l’habitat.

–> Une vie plus « au vert »

Chaque habitant est sensible à la nature en général et à son respect. Pour cette raison, seul un habitat à la campagne a été envisagé. Les besoins à remplir ici sont multiples, mélangés et propres à chaque habitant. On peut sans doute citer des besoins sanitaires ou politiques (alimentation plus saine, air frais, moins de stress, etc.), spirituels ou philosophiques (calme, verdure et espace, retour à la terre, simplicité, etc.) ou encore plus rationnels (meilleure accessibilité du foncier, terrain de jeu, mobilité plus aisée, présence d’animaux facilitée, etc.). Le respect de la nature passe également pour les habitants par une attention portée aux matériaux et méthodes de construction/rénovation, sans dogmatisme cependant.

–> Une vie plus solidaire – intergénérationnelle et sociale

Si l’habitat groupé doit être un lieu d’accueil et d’épanouissement pour les familles et les enfants, les habitants partagent également la vision selon laquelle « seul on va plus vite, ensemble on va plus loin ». Fort de cette conviction, la mise en commun de certains aspects de vie attentivement choisis ensemble doit déboucher sur un bien-être individuel supérieur et des liens humains porteurs. Ces liens dépasseront le cadre des familles pour s’inscrire également dans une dynamique solidaire, intergénérationnelle et sociale. Solidaire « en interne » car l’entraide entre les habitants sera encouragée dans la vie de tous les jours. Intergénérationnelle car une attention sera portée au mélange des âges au sein des habitants du groupe. Sociale « à l’extérieur » car des initiatives sociales, culturelles, festives ou éducatives seront soutenues à l’égard de personnes extérieures au groupe. Les liens de proximité dans ces activités seront favorisés (voisins, village, etc.).

–> Une vie plus dans le dialogue pour éduquer et s’éduquer à vivre ensemble

Les habitants sont conscients que les deux objectifs précédents ne seront atteignables qu’avec un dialogue de qualité entre eux. Tous seront donc attentifs à mettre en pratique au quotidien des valeurs d’écoute, de respect, de connaissance de soi, de patience et de confiance mutuelle afin d’entretenir ce dialogue. Dans l’optique de dégager au maximum des consensus respectueux des besoins et des limites de chacun, les  habitants s’appliqueront également à apprendre et à appliquer des modes de décisions collectives alternatifs au vote à la majorité (ex : sociocratie). Par l’exemple et par la pratique, les habitants s’éduqueront eux-mêmes et éduqueront les enfants présents au sein de l’habitat à cette forme de « citoyenneté a minima ».

–> Nos valeurs communes mises en pratique

I. L’humain (relations intérieures)

Les relations entre les personnes du groupe HG en général

Les habitants veilleront à augmenter les possibilités de contacts et de relations interpersonnelles ainsi qu’à créer et développer une vie de groupe et une solidarité pour améliorer notre qualité de vie et celle des gens qui nousentourent. Ils favoriseront l’entraide, les rencontres et les échanges au quotidien tout en respectant la vie privée, l’espace, l’identité, l’intimité familiale et les limites de chacun.

Une attention particulière sera apportée aux personnes dont la mobilité et/ou l’autonomie est réduite, qu’il s’agisse de personnes âgées, de malades, d’invalides ou de femmes enceintes. Il est important d’apporter un soutien à ces personnes afin que leur qualité de vie ne diminue pas. Cela s’entend tout particulièrement dans l’aide à la réalisation des tâches quotidiennes.

Enfants avec les adultes

Les enfants de l’habitat groupé seront amenés à participer à la gestion collective des lieux, dans la mesure de leur capacité et de leur développement (entretien du jardin, journée mensuelle de travail, activité plus exceptionnelle, fête, etc.). En grandissant, ils pourront, s’ils le souhaitent et selon une manière à définir, prendre part au processus des décisions qui concernent l’habitat groupé afin qu’ils y trouvent leur place et y deviennent des acteurs responsables.

Concernant leur éducation, les parents restent les seuls référents de l’autorité mais chaque adulte est autorisé à affirmer la sienne quand un enfant dépasse les limites de sa sphère privée (bruit, dégâts, rentre sans s’annoncer, etc.).

Entre enfants

Grandir, ça ne s’apprend pas tout seul. Bien sûr, il y a les parents, l’école mais il y a aussi les autres enfants de l’habitat groupé. Grandir au sein d’un habitat groupé, c’est apprendre à grandir ensemble, à respecter et à être respecté par les autres enfants, c’est apprendre à aider les autres enfants parce que chacun est différent et que tout le monde n’apprend pas tout au même rythme. Grandir au sein d’un habitat groupé, c’est aussi jouer et s’amuser tous ensemble.

Intergénérationnel

Le groupe préservera un équilibre et une hétérogénéité dans l’âge des habitants afin de pouvoir continuer à bénéficier des bienfaits du mélange des âges dans la durée. Une attention particulière sera portée sur ce point lors des départs et des remplacements dans le choix des nouveaux habitants. Ensuite, bien que désirant une dimension intergénérationnelle, l’habitat groupé n’entend pas devenir soit une crèche ou une garderie permanente soit une maison de repos. Au-delà de la caricature, le souhait est que le groupe soit composé de personnes disposant d’un certain degré d’autonomie et à mêmes de participerà la vie collective sans se reposer entièrement sur elle.

Spiritualité et liberté de conscience

L’écoute et le respect sont des valeurs fondamentales de notre charte : c’est également valable pour ce qui concerne la vie spirituelle, les opinions et les croyances d’autrui. Le principe de non-discrimination prévaut, qu’il s’agisse de race, de sexe ou de tout choix de vie. Chacun est libre d’avoir ses opinions et de faire ses choix spirituels propres, la liberté de conscience ainsi que l’acceptation des différences sont essentielles avec pour seules limites qu’elles n’entravent pas la liberté de conscience, de croyance et de choix d’une autre personne de l’habitat groupé.

En principe, chacun a confiance dans le sens des valeurs des autres habitants mais s’il advient un doute, si une personne n’est pas convaincue que ses choix de valeurs sont acceptés par tous ou si une personne juge un de ces choix inacceptable, il convient de résoudre les différends par la discussion, qu’elle soit individuelle ou en groupe. Le recours à un médiateur extérieur peut également être envisagé.

II. L’environnement (relations extérieures)

Social et culturel

L’habitat groupé se veut ouvert sur le monde. C’est pourquoi les espaces communs peuvent être temporairement mis à disposition de personnes extérieures à l’habitat pour les activités diverses (événements citoyens, politiques, culturels, associatifs, réunions d’autres habitats groupés, etc.), avec pour préalable toutefois que ces activités ne portent pas atteinte aux valeurs, croyances, etc. des habitants. Pour ce faire, il convient que pour chaque activité organisée par un intervenant extérieur :

  • un membre de l’habitat groupé au moins soit impliqué dans l’activité extérieure. A sa charge de faire une communication au groupe si un doute subsiste concernant le respect des valeurs, des choix et des croyances de chacun
  • si aucun membre du groupe n’est impliqué dans l’activité, le groupe décide ensemble si l’activité peut être organisée ou non, en veillant au respect des droits, croyances, choix et valeurs de chacun ainsi qu’à la sécurité de tous.

Le groupe met par exemple en avant des projets ouvrant l’habitat au monde extérieur tels qu’une antenne de groupement d’achat commun (GAC), des animations culturelles régulières ouvertes à tous, des animations éducatives pour les enfants ou l’accueil temporaire de personnes en difficultés.

Ecologie

Les générations futures ne doivent pas pâtir des agissements de leurs prédécesseurs. Il est dès lors primordial de préserver leur environnement par des interventions concrètes et une sensibilisation quotidienne au respect de la nature. Au sein de l’habitat, cela passe notamment par :

  • l’utilisation de matériaux naturels pour la rénovation et la construction.
  • une optimisation des performances énergétiques des logements et communs, ainsi que des déchets de chantier.
  • l’utilisation de ressources locales pour sa production énergétique (panneau photovoltaïques, solaires, chaudières à pellets ou pompes à chaleur, etc.)
  • la mise en place d’un système collectif de tri sélectif des déchets ménagers et de recyclage des déchets organiques (compost).
  • une préférence pour les achats groupés auprès de producteurs locaux (GAC, AMAP…).
  • l’utilisation des transports en commun et la communautarisation des transports et des trajets, dans les limites du possible et en fonction des besoins de chacun…
  •  prévention de la pollution de l’eau, de l’air ou du sol par la limitation dans l’habitat groupé de tout produit toxique (produits d’entretien, engrais, peintures…)
  • – le développement d’un potager et un verger sur le terrain commun en respectant et favorisant la biodiversité, y compris dans la vie du sol. Le ROI déterminera notamment les points suivants : mise en commun des ou tils, achat collectifs des semences ou plants d’arbres, parcelles collectives ou familiales, temps de travail, partage des fruits et légumes. Un équilibre entre souplesse/solidarité et investissement financier ou de travail individuel sera préservé.
  • une utilisation optimale et saine des stations d’épuration des eaux usées

Animaux

Les animaux sont bienvenus dans l’habitat groupé mais l’adhésion du groupe est nécessaire dans certains cas pour éviter tout désagrément et préserver la bonne entente. Le ROI déterminera selon quelles modalités cette adhésion sera donnée et quand elle sera nécessaire.

Charme des lieux

Au-delà des prescriptions urbanistiques impératives, les habitants accordent de l’importance au charme des lieux, à l’harmonie de l’ensemble, à la beauté des vues et des paysages. C’est pourquoi les travaux ayant un impact visuel extérieur (peintures, châssis, murs, haies, etc. ou nouvelles constructions (serre, hangar, piscine, etc.) seront soumis à l’approbation du groupe selon les processus décisionnels décrits plus bas.

Prise de décision

Dans les nombreuses décisions que le groupe sera amené à prendre, le groupe sera attentif à ce que celles-ci permettent d’obtenir l’avis de tous ses membres etqu’elles respectent les besoins fondamentaux de chacun. Cela nécessite de bien se connaître, d’apprendre à écouter et à se taire, mais peut aussi prendre un certain temps. L’équilibre entre efficacité et respect de tous sera recherché. Les habitants savent néanmoins que le consensus est souvent une décision que peu aurait prise individuellement mais qui est la meilleure pour le groupe. Ils souhaitent donc le favoriser tout en restant efficaces. Pour parvenir à ce double objectif, les habitants tâcheront de :

  • utiliser, même à titre expérimental ou ponctuellement (ex : 1 réunion sur 2 ou 3), des modes de communication favorisant l’écoute, l’expression de tous, la connaissance de soi (CNV, sociocratie, démocratie profonde, etc.);
  • se former, dans la durée, à au minimum un de ces processus;
  • veiller à préparer et organiser les réunions (ODJ, timing, boissons ou repas, disposition dans l’espace, etc.);
  • clarifier les rôles de l’un et l’autre au départ de chaque réunion (secrétaire, trésorier, etc.);
  • distinguer temps de travail/temps de détente, d’échanges informels, de fêtes;
  • utiliser de temps à autre un des outils alternatifs (chapeaux de Bono, World café, photo langage, décisions « à pieds », etc.) pour apporter un regard neuf et ouvert sur une situation qui coince ou sur un nouveau projet;
  • ne pas multiplier, sauf cas exceptionnels et urgents, les réunions inutilement au risque de fatiguer la participation. Ne pas favoriser la « réunionite aigüe »;
  • limiter le temps des réunions;
  • dégager un autre canal de communication que la réunion (forum, boite aux lettres communes à idées ou à interpellations, tableau d’affichage des nouvelles, etc.);
  • déterminer dans le ROI à partir de quand et à propos de quel type décision un médiateur extérieur sera désigné ou une décision prise au vote (à la majorité (simple ou qualifiée), à l’unanimité) plutôt que par consensus.

Participation

Au sein de l’habitat groupé, chacun est autonome mais en synergie avec les autres dans la vie quotidienne. Ce projet nécessite l’apport des ressources de chacun. Chaque habitant, quel que soit son âge, a un rôle actif à jouer dans la vie du groupe et devra par exemple respecter les biens communs et particuliers, remettre en ordre et nettoyer les locaux, entretenir en général l’habitat groupé et participer à sa gestion collective, etc.

Chaque rôle sera fixé selon les nécessités, en fonction des goûts, des préférences ou des dons de chacun. L’ensemble de ces tâches sera répartie justement et sera revu et rediscuté régulièrement ou selon le vœu d’un des membres. Les tours de rôle pour certaines tâches seront établis avec l’accord de chaque membre concerné. Ainsi chacun a un engagement moral mais aussi formel à respecter encadré par un règlement élaboré par le groupe (remplacement, compensation financière si indisponibilité…)

Nous prévoyons au minimum une journée commune par mois (sauf périodes de vacances).

Economique et juridique

Pour des raisons de règles urbanistiques, d’organisation interne et de configuration des lieux, le nombre de lots privatifs est limité à cinq. Toute demande de logement supplémentaire doit passer par la procédure de concertation.

L’affectation principale de chaque lot est le logement.

L’exercice d’activités non marchandes (bibliothèque, yoga, ressourcement, activités culturelles…) sera favorisé.

L’acceptation d’activités lucratives est soumise à la procédure de concertation (architectes, psychologues…).

La propriété des logements est privative et les parties communes forcées (eau, eaux usées, panneaux solaires, chaufferies, le parking, l’enceinte du site, la cour) sont gérés sous le régime de la copropriété (quotités, compte commun…).

Pour l’achat initial du site par les fondateurs, le prix de chaque lot privatif (part du prix global demandé par les vendeurs pour l’ensemble) sera déterminé par un expert indépendant qui déterminera les critères retenus pour la valorisation des lots. Chaque propriétaire gère ses sources de financement de façon indépendante, aussi bien pour l’acquisition que pour la participation aux charges et investissements de son bien et de la copropriété.

Les fondateurs décident de créer une unité commune composée d’un local polyvalent (la laiterie), la cave et le jardin arrière. Pour celle-ci, une formule de gestion égalitaire sera recherchée (ex. : asbl), en devant toutefois tenir compte des implications financière, fiscale et de gestion de la formule. Les membres de cette asbl seront les propriétaires des lots exclusivement.

Chaque propriétaire d’un logement privatif est libre d’en céder la propriété, la jouissance ou l’occupation aux conditions qu’il fixera discrétionnairement, moyennant les conditions suivantes :

  • informer préalablement les autres membres de l’HG de son intention de céder (sauf impossibilité : ex.: décès);
  • obtenir l’engagement préalable des candidats occupants de respecter la Charte.

Une rencontre sera organisée entre les membres de l’HG et les candidats occupants pour apprécier la volonté de ces derniers d’adhérer aux principes de la Charte et leur capacité à y faire face. En cas d’avis négatif motivé rendu à l’unanimité des membres (moins le vendeur), le vendeur activera la procédure de concertation. La procédure s’applique dans tous les cas de changement de droits sur le bien (ex. : vente de gré à gré, publique ou forcée, location, sous location usufruit, succession…)

http://idelaby.wixsite.com/hg-sauveniere

Situation

Habitat groupé propose un service de petites annonces pour et par les habitants d’habitat
solidaire et participatif.

Vous désirez publier une petite annonce pour votre projet d’habitat solidaire et participatif ? Vous désirez répondre à une petite annonce ? Inscrivez-vous ici !
  Espace membre

Vous n’arrivez pas à vous connecter ou à publier une petite annonce ?
Merci de nous contacter par mail à contact@habitat-participation.be